.: Independant interviews and research materials to stimulate free thinking on the UFO phenomenon and related events. :.
Accueil | Archives | Recherche
-   
.:Menu


.:Paola's Books


.::.


Click on a book to find out how to get your own copy.

 

.:Email

.::.

 

 

UNE NOUVELLE AUBE POUR LA DIVULGATION :de Paola Harris

Interview avec le docteur Michaël Salla
15 mars 2008-


Paola :
J’ai une entière section consacrée à des essais de mes invités. La question que je voulais vous poser est celle-ci : Avez-vous observé un changement significatif dans le mouvement d’exopolitique, au cours de ces deux dernières années ? Puisque vous êtes un des fondateurs de ce mouvement, avez-vous remarqué quelque progrès dans l’action?
Salla :
Je pense qu’il y a un changement significatif dans la perception générale de l’exopolitique spécialement parmi les chercheurs. Je crois que ce qui se passait, c’est que les gens ne comprenaient pas ce qu’était l’exopolitique. Ils opéraient avec une certaine caricature de l’exopolitique, en supposant la réalité de la vie extraterrestre et la nature superflue de toute étude pour valider ces déclarations sur la vie extraterrestre. Je pense que ce qui s’est produit, c’est que les gens se sont aperçus que ceux qui font de l’exopolitique sont encore très intéressés à rassembler des données, analyser les preuves et trouver celles qui sont les plus significatives. Mais je pense que ce qui est le plus remarquable , c’est qu’il y a maintenant une compréhension qui nous pousse à regarder les implications politiques publiques de toutes ces données, concernant la vie extraterrestre et les observations d’OVNI. La vieille école d’ufologie considérait dès le départ, que si nous faisions des progrès, que si nous collections plus de données crédibles, rigoureuses, nous pourrions accréditer l’idée que les OVNI sont réels, et que cela ferait naître une étude scientifique sérieuse. Je pense que ce qui est arrivé est qu’il y a eu un changement dans le public et même parmi les chercheurs actuels, qui s’intéressent aux questions que le public se pose, plutôt que d’attendre que nous ayons des preuves scientifiques incontournables que les OVNI sont réels et qu’il y a un cover-up du gouvernement, et cherchent à connaître les implications politiques publiques. C’est un très bon signe. Je pense que ça s’est produit aussi au niveau officiel. Je pense aussi que ce qui s’est produit avec le Premier Ministre Japonais en 2007, est très significatif, parce que tous les deux , le Ministre Japonais des affaires étrangères et le Secrétaire de cabinet du Japon, ont dit qu’ils croyaient personnellement à la réalité des OVNI et de la vie extraterrestre. Ce qui était significatif , c’est qu’ils ont fait des déclarations officielles. Ils disent actuellement que si des spécimens de vie Extraterrestre apparaissent dans des engins volants avancés au-dessus du Japon, ils ne donneraient pas l’ordre aux forces japonaises de la défense, de tirer sur les visiteurs, si ceux-ci nous disent, qu’ils ont des intentions pacifiques. C’était très significatif, parce que c’est à la base, ce que nous disons, dans un paragraphe de notre charte, que si une vie extraterrestre ne montre aucune intention hostile, et est paisible, lorsqu’elle survole un des principaux pays de la Terre, on ne doit esquisser aucun geste hostile contre eux. C’est très différent de l’attitude des militaires américains envers les OVNI, car jusqu’à présent, tout objet ou OVNI en manœuvre de vol intelligente, survolant le territoire américain, devait s’identifier et atterrir sur la piste militaire aérienne la plus proche, dirigée par des jets pour l’escorter. Si cet avion ou cet OVNI n’obéissait pas, il était abattu. Ainsi la position japonaise actuelle est un exemple , pour la conduite à tenir, par les gouvernements de la planète devant des manifestations de vie extraterrestre dans les cieux des principaux pays. Donc je pense qu’il y a véritablement un changement de conduite dans une perspective exopolitique, parmi les chercheurs et le public en général et aussi la plupart des gouvernements et j’imagine que ceci continuera d’évoluer, au fur et à mesure que les gens poseront des questions sur les : où, pourquoi, comment, plutôt que : est-ce réel ? Ce sont toutes des questions politiques et ce sont celles, que les gens posent. C’est la raison pour laquelle l’exopolitique est devenue si populaire et un vrai mouvement international. Et j ‘imagine que dans les années à venir, nous allons vraiment voir des gens sortir de liste de chercheurs, qui ont travaillé les premiers dessus . Ces questions sur les : où, pourquoi, comment sont beaucoup plus intéressantes pour les gens que « Sont-ils réels, »
Paola :
Et réciproquement, les chercheurs de la communauté ufologique se posent-ils ces questions ?
Michaël :
Définitivement. La communauté ufologique est très fortement divisée entre ceux qui prétendent la percevoir comme une rigoureuse analyse de données scientifiques et ici, nous parlons des données d’observations, et des preuves empiriques par des photographies, des observations visuelles, des témoignages d’individus, des traces radar, et toutes sortes de marques matérielles. Ces personnes croient que c’est un travail scientifique donc ,que nous avons besoin d’avoir une démarche scientifique pour comprendre le phénomène et connaître la vérité. Aussi ,nous y trouvons des gens qui ont fait des études scientifiques précises , des ingénieurs, des astronomes, des physiciens des docteurs en science, des gens qui ont l’ expérience des phénomènes physiques. Ces personnes désirent utiliser une méthodologie empirique. Par contre ,d’autres préfèrent observer les implications politiques publiques comme des témoignages auditifs ou des témoignages de contactés, qui déclarent avoir des expériences de première main avec un vaisseau extraterrestre ou des êtres extraterrestres eux-mêmes On fait beaucoup d’enquêtes sur ces individus et il s’agit d’une méthodologie très différente. Elle se rapproche de la méthodologie des sciences humaines et sociales. Ceci explique ,que nous avons une sorte de compétition entre deux comportements, l’un qui désire une approche scientifique rigoureuse et stricte, qui utilise une méthodologie d’analyse quantitative, et l’autre qui utilise un ensemble de recherches plus souples , avec des analyses qualitatives, essayant de viser la compréhension de ce que le témoin a expérimenté comme contacté, comme expérimentateur ou comme auditeur. Je pense que ces sortes de recherche divisent et diviseront de plus en plus la vieille garde des chercheurs et cette nouvelle vague de chercheurs en exopolitique.
Paola :
Voyez-vous cette nouvelle vague d’ humanité, comme une nouvelle approche de la recherche et une renaissance de la planète, si nous considérions le fait et c’est un fait, que nous avons des cousins cosmiques ?
Michaël :
Je crois que c’est une renaissance. J’ai vraiment aimé le titre de votre premier livre : Relier les points. Je pense que c’était vraiment ce que les gens désiraient faire. Ils n’étaient pas réellement intéressés de faire une analyse empirique rigoureuse d’un seul point et seulement se limiter à ce point. Les gens veulent maintenant relier les points. Ils désirent savoir de quoi est fait ce phénomène, comme une pelote à démêler et beaucoup de gens sont volontaires pour consacrer leur énergie pour comprendre le phénomène dans son tout et je pense que c’est là, où vous vous apercevez de l’émergence d’une renaissance. Parce que , lorsque les gens s’ouvrent au phénomène dans son tout, ce qu’ils trouvent c’est la jonction entre la science, la philosophie, la politique, l’humanisme , la conscience supérieure, que tout cela fait un tout.
Et c’est ça que les gens voient, ils désirent relier ces points. Ils désirent trouver une signification à ce que ce phénomène représente. Une fois qu’ils ont fait cela, une fois qu’ils ont relié ces points, et qu’ils aperçoivent la trame, je pense que cela représente pour eux , une nouvelle renaissance, parce que vous ne pouvez plus vous éloigner du chemin , quand vous avez fait les premiers pas et vous ne pouvez pas être réellement affecté à un niveau spirituel, personnel, émotionnel, et intellectuel. Nous sommes visités par des êtres d’autres systèmes solaires et sûrement d’autres galaxies, qui sont capables de se mouvoir à travers le temps et l’espace, qui sont capable de se mouvoir dans des réalités dimensionnelles ,qui sont plus près d’une entité que beaucoup de gens identifient comme la suprême force de vie, que vous appelez Dieu, ou Brahma, ou Allah. Quel que soit le nom que vous lui donnez, il est une force spirituelle ou dynamique dans l’univers, que la question extraterrestre nous aide à mieux comprendre. Je pense que c’est une renaissance et les gens y adhèrent et je pense qu’on ne pourra pas l’arrêter.
Paola :
C’est très brillamment dit, Michaël. De votre point de vue, pensez-vous que d’autres pays sont en avance avec ce type de renaissance ? avant les Etats-Unis ?
Michaël :
Je pense que d’autres pays, pour certaines raisons, sont plus ouverts à ce phénomène. Peut –être parce qu’ils se sont moins investis dans le statut quo, comme nous, en ce qui concerne les complexes militaro-industriels, qui dépendent des réserves de pétrole et qui utilisent des infrastructures liées aux extraterrestres et aux technologies extraterrestres, grâce à leurs projets noirs. Je pense que d’autres pays sont moins concernés par cela, si nous voulons parler de grands pays en terme de population, comme l’Inde , la Chine, le Brésil, l’Indonésie,. Tous ces pays se sont vraiment moins investis dans le statut quo. Je pense qu’ils peuvent mieux bénéficier de la Divulgation, parce que ce sont des pays à très forte population, qui auront d’incroyables bénéfices, en tenant compte de ces nouvelles technologies et ils ne seront plus dépendants des réserves de pétrole, des carburants fossiles et qu’ils seront capables de générer suffisamment d’énergie, pour les besoins des populations. Donc, cela conduira ces pays à faire de grands bénéfices, et je pense que ces pays historiquement, sont capables de comprendre les échanges, les courants de la société humaine et de la culture. Ces pays : Chine, Brésil, Indonésie, je pense, sont plus capables de comprendre tout l’ensemble en termes de rapports entre la science, la technologie, la religion, la spiritualité, la politique, les finances, et la culture. Nous sommes vraiment au bord d’une nouvelle renaissance et je pense que la solution ou la réponse ne viendra pas de pays comme La Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, qui sont vraiment attachés à la structure actuelle d’un pouvoir, mais de pays extérieurs qui y sont moins attachés, et plus ouverts au phénomène.
Paola :
Si le lecteur est intéressé par le sujet et considère l’exopolitique comme une discipline académique, comme nous en avons discuté ici, que pourriez-vous lui suggérer ou lui conseillez de lire ?
Michaël :
Je pense que la meilleure chose pour celui qui désire mieux comprendre le phénomène, est de faire une étude systématique de l’exopolitique. En définitive nous avons tous besoin , lorsque nous nous intéressons à ce domaine, de commencer à lire, et de respecter nos attirances et les gens que nous rencontrons, ainsi, ce que nous lisons devient presque fortuit , et nos vagabondages autour du sujet, dépendent de nos déclarations et de nos passions. C’est bien, parce que cela va dans le sens de l’intérêt du lecteur et l’enthousiasme reste intact. Mais je dirai pour ceux qui réellement voient cela comme un rôle à jouer dans le futur, qu’ils peuvent se voir eux-mêmes comme des enseignants pour le reste de l’humanité ou comme des ambassadeurs des étoiles, ou des écrivains qui expliquent tout ceci .Aux hommes, en général, je recommanderai de faire une étude plus systématique , dans laquelle ils verraient le grand tout . Il existe un programme d’entraînement en Exopolitique qui est valable. Vous faites partie de ce programme , Paola, et donc vous connaissez le bénéfice que cela apporte aux étudiants qui s’inscrivent, à qui on donne quelques conseils lorsqu’ils sont confrontés à des contactés, des expérimentateurs, et une importante littérature pour comprendre l’ensemble de l’exopolitique. Je leur demanderai de se documenter sur le net. De plus , je recommanderai aux gens de devenir actifs dans une organisation locale , en créant un groupe de recherche en exopolitique ou un groupe d’étude dans leur localité. Ils pouvent rechercher et étudier les articles sur le net ou lire des livres sur le sujet. Il y a beaucoup de matériel dans le public, et il est important que les gens commencent à coordonner et discuter de cela, ainsi ils s’éduquent eux-mêmes. Finalement, je recommanderai que les gens deviennent actifs. On est actif lorsqu’on écrit des lettres aux éditeurs de son journal local, qu’on développe une perspective exopolitique, qu’on écrit des lettres au Parlement ou au Congrès et qu’on demande pourquoi il n’y a pas d’étude menée ou de réponses sur le sujet. Il y a beaucoup de choses que peuvent faire les gens pour changer la perspective et aider cette renaissance qui vient.

Note :
Le groupe Yahoo de l’Institut d’Exopolitique est un forum de discussion pour les membres et l’équipe directrice d’Exopolitique, d’échange d’information, et des vues personnelles sur les divers sujets reliés à l’exopolitique. L’Institut s’appuie sur une vision d’une société humaines de globalisation, qui interagit ave les civilisations extraterrestres de manière paisible, harmonieuse et de mutuel respect. L’Institut d’Exopolitique n’est pas nécessairement d’accord avec le contenu et les déclarations faites par un auteur d’article, dans le cadre d’un forum de discussion.
Equipe directrice. Exopolitics Institute
http//www.Exopoliticsinstitute.org

 

 

Website administered by: UFO Think Tank.com

Copyright © 2007, Paola Harris.  All rights reserved.
Thank you for visiting!